Vendredi 7 Novembre_Espace Lino Ventura_Torcy

Publié le par Goldfingers

Veille du départ en Chine. Une date « confort » en région parisienne, pas trop de transport, pas de minibus, pas de nuit a l’hôtel. Et il vaut mieux pour moi, je viens de me faire un vilain torticolis. Hyper rageant. Pile au mauvais moment. Avoir l’air d’un con, c’est pas trop grave, c’est surtout la douleur qui fatigue. J’ai chopé le numéro d’un osthéo en catastrophe et, le matin même, je vais le voir. C’est la première fois que je me fais manipuler, j’angoisse un peu. Surtout quand c’est le cou qui est visé, j’ai entendu des histoires de paraplégiques… Il me « remet » en place. Tout va bien, je garde la motricité de mes quatre membres en sortant de son cabinet. La douleur est un peu moins rigide, mais, globalement, rien n’a vraiment changé.

 Balances à 15h à Torcy. Compter une heure depuis chez moi. La conduite est compliquée, elle aussi. Chaque contrôle nécessite une rotation du buste et le moindre dos d’âne est un calvaire. J’enrage. L’Epace Lino Ventura est une belle salle de spectacle, spacieuse et agréable. Il ne faut pas une seconde pour que les gars remarquent mon handicap. Compassion, amusement… un classique du torticolis. D’un côté, on compatit, mais de l’autre… c’est tellement drôle de voir un pote bouger comme un poteau et galérer à chaque fois qu’on l’appelle !
Balances sans histoires. On est un peu excités du départ en Chine. On est déjà un peu sur le départ. L’après midi passe à la vitesse de la lumière. On mange dans une salle de l’école de musique voisine. On peut entendre les cours. Posters de compositeurs aux murs, tableau avec portées… belle ambiance de repas de zicos studieux !

Nous revenons quand la première partie a commencée. Antiseptik. Groupe hiphop-rock local dont c’est le premier concert. Le premier concert c’est un moment spécial. Mythique. Effrayant. Je dois dire qu’ils s’en sortent pas mal.

Pour mon cas, c’est aussi une première. Il va falloir réviser à la baisse mon jeu de jambes. Chaque mouvement un peu prononcé me lance un éclair dans le cou. J’opte pour une attitude « bad boy » un peu hautaine et figée. Parfait. Je kiffe le concert. On est globalement détendus et on se fait plaisir. Mon rôle de BBoy des claviers me ravi.

After concert fébrile, sous forme d’ultimes préparatifs. Je donne ma valise et mon matos à Croot qui nous rejoindra à l’aéroport avec le matériel.

Pas de photos aujourd'hui, j'ai un mot du médecin.

Publié dans On Tour !

Commenter cet article